Jusqu’à aujourd’hui, 14 % des ménages français se chauffent encore au fioul. Une part considérable que le Premier ministre désire supprimer définitivement d’ici 10 ans. Dans l’optique d’amorcer cette transition, le Gouvernement, depuis novembre 2018, a pris l’initiative de renforcer les aides toujours en vigueur et d’en créer de nouvelles. C’est le moment ou jamais d’en profiter pleinement pour ainsi abandonner votre vieille chaudière au fioul au profit d’un dispositif de chauffage plus « propre » et « vert », utilisant des énergies renouvelables tel que les chaudières à granulés.

Prime à la conversion ou prime « coup de pouce chauffage »

Concrètement, la prime dite « coup de pouce chauffage », plus couramment connue sous l’appellation de prime à la conversion est un dispositif s’appuyant sur celui du « coup de pouce économies d’énergie » ou CEE. Dans le but d’encourager ceux qui se chauffent encore au fioul à se défaire de leur vieille chaudière pour la remplacer par un nouveau dispositif utilisant des énergies renouvelables comme celles qui sont proposées sur Ma Chaudière Gratuite, la prime à la conversion a été reconduite jusqu’à 31 décembre 2020. Durant ce laps de temps, ces ménages peuvent bénéficier d’une aide financière oscillant de 450 à 4 000 € en fonction de leurs revenus, ainsi que du montant des travaux à engager.

Par ailleurs, pour accéder à cette prime dédiée au remplacement chaudière, les foyers sont dans l’obligation de confier les travaux à engager à un professionnel reconnu garant de l’environnement (RGE). Si vous souhaitez profiter de cette aide pour rentabiliser votre projet d’installation chaudière à granulés, rendez-vous sur www.machaudieregratuite.fr pour dénicher le modèle correspondant à vos besoins.

Le CITE ou Crédit d’Impôt Transition Énergétique et la prime Habiter mieux de l’Anah

Le crédit d’impôt chaudière CITE fait également partie des aides pour se débarrasser d’une chaudière au fioul dont la valeur est déduite des impôts de l’année concernée. Ainsi, tout foyer (sans conditions de ressources) pourrait prétendre à un crédit d’impôt chaudière à hauteur de 30 % dans la limite d’un plafond fixé à 8 000 € pour une personne seule, et 16 000 € pour un couple marié. En règle générale, cette aide est calculée sur les dépenses engagées hors main-d’œuvre, c’est-à-dire 30 % du montant TTC de la chaudière utilisant de l’énergie renouvelable installée.

Quant à la prime « Habiter mieux » de l’Anah, celle-ci se destine spécifiquement aux foyers modestes ou très modestes (n’ayant pas bénéficié d’un PTZ depuis 5 ans) souhaitant procéder au changement de chaudière au fioul. Pour les foyers aux revenus très modestes, le montant de cette prime peut s’élever jusqu’à 50 % du montant HT des travaux engagés, dans la limite d’un plafond fixé à 10 000 €. Quant aux ménages à revenus modestes, la prise en charge des travaux (HT) est de 35 %, avec un plafond de 7 000 €.

L’éco-prêt à taux zéro

Les ménages qui s’apprêtent à troquer leur chaudière au fioul contre une chaudière à granulés peuvent bénéficier de l’éco-PTZ. Ce prêt remboursable en 15 ans peut aller jusqu’à 30 000 €. Cette aide se destine particulièrement pour tous les logements construits depuis plus de 2 ans, et déclarés comme résidence principale. Comme l’indique clairement son appellation, l’éco-PTZ est un emprunt sans intérêt souscrit auprès de l’État par le biais d’un organisme prêteur.

N.B. Toujours dans l’objectif d’éradiquer d’ici 10 ans les chaudières au fioul, les aides se multiplient et encouragent les ménages à se débarrasser de leur équipement : TVA à taux réduit, chaudière un euro, la prime énergie, les chèques énergie, aide des collectivités locales, et beaucoup d’autres.