Apparue en 1970, la chaudière à condensation a révolutionné le fonctionnement des chaudières. Le système de condensation appliquée à la chaudière est une invention très ingénieuse qui permet d’éliminer les rejets de fumée et de vapeur d’eau dans l’atmosphère. Il résulte de ce procédé une utilisation de la performance optimale de la chaudière.

Les composants d’une chaudière à condensation

Le fonctionnement d’une chaudière à condensation dépend en grande partie de la conformité et de la complétude de ses composants. Une chaudière à condensation est constituée de plusieurs parties ayant chacune leur fonction propre à chaque étape de la production d’énergie qui concourent à son bon fonctionnement. Cet élément consiste à mélanger le combustible avec l’air afin de déclencher l’évaporation de l’eau.

La veilleuse d’allumage est un bouton à activer pour déclencher la combustion et permet que la flamme brûle sans interruption. Toutefois, les chaudières à condensation les plus récentes sont dotées de système d’allumage automatique et sont démunies de cette fonction. Enfin la soupape de sécurité régule la pression de la chaudière et assure le bon fonctionnement du système de chauffage.

Pouvoir calorifique

Le bon fonctionnement d’une chaudière à condensation dépend en grande partie de sa capacité à générer un pouvoir calorifique supérieur. Le pouvoir calorifique désigne l’énergie contenue dans les fumées et les vapeurs d’eau issues de la combustion. Le principal atout d’une chaudière à condensation réside dans la récupération de cette énergie par le biais d’un radiateur ayant pour fonction de baisser la température des vapeurs d’eau de combustion. Par le biais de l’échangeur condenseur, les vapeurs d’eau récupérées passent à l’état liquide à basse température pour reprendre le cycle de chauffage et réalimenter le système avec une nouvelle combustion.

Cette énergie supplémentaire récupérée est désignée par le terme PCS ou Pouvoir calorifique supérieur, en revanche si ce procédé échoue, on parle plutôt de PCI : pouvoir calorifique inférieur. Il résulte de ce procédé de récupération de l’énergie latente une diminution de la quantité nécessaire de combustible et augmente le rendement de la chaudière à condensation.

Installation

La chaudière à condensation est facile d’installation mais nécessite également d’autres infrastructures outre les composantes de la chaudière proprement dit.

• Les émetteurs : Pour s’assurer du bon fonctionnement de la chaudière à condensation, il est nécessaire de disposer d’émetteurs qui fonctionnent en-dessous de 65° pour permettre un rendement optimal du système de chauffage.
• L’arrivée d’air et la cheminée : Un conduit en ventouse assure l’arrivée d’air dans la pièce et la cheminée doit être étanche à l’humidité pour supporter la quantité d’eau contenue dans les fumées évacuées.
• L’évacuation des condensats : Il est nécessaire de raccorder la chaudière au réseau des eaux usées afin d’évacuer les condensats qui peuvent atteindre des dizaines de litre au quotidien.